Her3

Notre film de la semaine est Her, l’audacieuse romance 3.0 née de l’imagination fertile du cinéaste américain Spike Jonze. Une vision moderne et pleine de sensibilité des relations amoureuses dans un futur pas si lointain.

RÉALISATEUR : Spike Jonze
AVEC : Joaquin Phoenix,  Scarlett Johansson, Amy Adams, Rooney Mara, Olivia Wilde
GENRE : Romance futuriste
DURÉE : 2h06min
INTERNET: http://www.herthemovie.com 

SYNOPSIS : Los Angeles, dans un futur proche. Theodore Twombly, un homme sensible au caractère complexe, est inconsolable suite à une rupture difficile. Il fait alors l’acquisition d’un programme informatique ultramoderne, capable de s’adapter à la personnalité de chaque utilisateur. En lançant le système, il fait la connaissance de ‘Samantha’, une voix féminine intelligente, intuitive et étonnamment drôle. Les besoins et les désirs de Samantha grandissent et évoluent, tout comme ceux de Theodore, et peu à peu, ils tombent amoureux…

AVIS: Spike Jonze est un homme de défis ! S’il se fait rare au cinéma (quatre longs-métrages en 15 ans), c’est en partie dû à ses activités multiples (création, réalisation, production, management…) et variées (clip, publicité, télévision, skateboard…) mais c’est aussi en raison de la complexité des projets auxquels il s’attaque. Her, dont il a lui même écrit le scénario (une première récompensée par l’Oscar du meilleur scénario original), n’échappe pas à la règle avec cette histoire d’amour entre un hipster moustachu vivant une rupture difficile et un programme informatique à la voix sensuelle. Un film dans lequel l’un des rôles principaux (on vous laisse deviner lequel!) est joué par Scarlett Johansson…qui n’apparaît jamais à l’écran!  Le projet était à l’évidence risqué et les sarcasmes des contempteurs de Jonze devaient commencer à bourdonner dans l’oreille du cinéaste. Mais une fois de plus Spike Jonze a su relever avec talent tous les challenges de son scénario, ne sombrant jamais dans le film conceptuel abscons ou le nanar grotesque. En dépit de l’univers aseptisé (mais très confortable) dans lequel évoluent les protagonistes, Jonze propose un film où l’émotion est omniprésente. Il évoque sans cynisme et avec beaucoup de sensibilité la quête de l’amour dans une société moderne hyper connectée où la solitude voulue ou subie (?) des êtres prévaut. Une autre grande réussite de Her est le choix des acteurs principaux. Joaquin Phoenix est encore une fois d’une justesse incroyable et Scarlett Johansson avec son timbre de voix unique réussi à faire de son rôle d’operating system un personnage à part entière du film, capable de susciter un registre d’émotions variées. Tous deux contribuent grandement à rendre crédible cette histoire d’amour et vaincre les dernières interrogations des plus sceptiques…Alors arrêter de faire les yeux doux à votre ordinateur et courez voir cette histoire amour de demain.

EN SAVOIR PLUS
AUX ORIGINES DE HER
Ecrit il y a environ 3 ans, le scénario de Her trouve son origine dans un article que Spike Jonze avait lu il y a une dizaine d’années sur un service de messagerie instantanée géré par une intelligence artificielle. Après avoir brièvement échangé avec ce programme et rapidement constaté ses limites, il s’était néanmoins demandé ce qu’il adviendrait si ces freins techniques étaient éliminés. Qu’adviendrait-il si l’on pouvait échanger librement avec une intelligence artificielle? Quel impact sur les relations amoureuses?

En matière d’influence cinématographique, Skipe Jonze a mentionné Stanley Kubrick pour la manière d’écrire les flashbacks illustrant la vie intime de Théodore et Catherine préalablement à leur séparation. Il fait aussi référence à Woody Allen. Il déclare ainsi: “quand j’ai commencé à écrire Her, j’ai regardé Crimes et Délits. J’étais en admiration devant ce film, comment il arrive à jongler sans effort entre les différents personnages, les différents tons et les différentes idées. C’est une de mes ambitions.”

SCARLETT
À l’origine le rôle de Samantha était interprétée par l’actrice britannique Samantha Morton (Accords et Désaccords, Minority Report). Morton a même participé à l’ensemble du tournage, mais au moment du montage Jonze s’est rendu compte qu’il n’y avait pas une alchimie suffisante entre son personnage et celui interprété par Joaquin Phoenix. Après un court délai de réflexion, le cinéaste s’est tourné vers Scarlett Johansson qui a selon lui apporté plus de passion et de jeunesse au rôle de Samantha. Ce changement d’actrice a amené Spike Jonze à reconstruire les scènes entre Theodore et Samantha, donnant à cette dernière un caractère plus fort et plus volatile. C’est environ la moitié des scènes du film que Jonze a modifiée suite à ce changement de casting mais sans jamais altérer la structure de son film.

Her2

MONTAGE ENTRE AMIS
Dans sa toute première mouture, Her s’étendait sur plus de 2h30min. Pour l’aider à réduire la durée de son film, Jonze s’est tourné vers Steven Soderbergh (“the smartest, fastest editor-filmmaker I know,” Vulture) en lui demandant d’être radical et de le surprendre. Le réalisateur de Traffic n’a pas failli à sa réputation, écourtant Her d’une bonne heure. Jonze s’est servi du montage de Soderbergh comme base de travail pour monter sa propre version finale d’une durée de deux heures. Il a notamment décidé d’éliminer une bonne partie des éléments d’intrigues secondaires qui pourraient éloigner les spectateurs de l’histoire qu’il voulait raconter.

LA x SHANGHAI
Ce Los Angeles du futur dans lequel se déroule Her, est en fait un mix de Los Angeles et de Shanghai (plus précisément le district de Pudong, un quartier d’affaires). Pour Jonze, le choix de Shanghai s’imposait: “On y trouve des gratte-ciels, les rues sont droites et larges, les bâtiments sont élégants et tout est flambant neuf. Il y avait donc là un mélange harmonieux, dont plusieurs éléments étaient récents. Et Los Angeles aime l’avant-garde. J’avais le sentiment que si la ville se développait dans cette direction esthétique, elle ressemblerait à ça.” 

Her_Photo

RÉTRO FUTUR
Si Her se déroule dans le futur (proche), Spike Jonze a souhaité se détacher de l’imagerie futuriste habituelle pour privilégier une esthétique colorée (avec beaucoup de rouge notamment) et lumineuse afin de créer un environnement confortable  autour de ses personnages. Jonze a aussi inclus des éléments  “rétros” dans son film, que ce soit par exemple les pantalons taille haute (populaires dans les années 30) portés par Theodore Twombly  ou encore le petit appareil portable qu’utilise ce dernier pour communiquer avec Samantha à l’extérieur de son appartement (inspiré d’un briquet vintage trouvé dans un magasin d’antiquités à L.A.).

LE SUPPLÉMENT: Une sélection à lire, écouter et regarder pour mieux connaître Spike Jonze et approfondir les influences et thématiques de Her.

LIRE:
– “Him and Her: How Spike Jonze made the weirdest, most timely romance of the year.” New York Magazine (en anglais) – 14.10.2013
– “Twelve Things we learned about Spike Jonze at his TIFF talk.” Indiewire (en anglais) – 10.09.2013
– “Spike Jonze on his new movie Her” Entertainment Weekly (en anglais) – 11.08.2013
– “Ray Kurzweil, le cerveau du futur.” Le Nouvel Observateur – 05.10.2013
– “De 2001 à Her, les voix multiples des intelligences artificielles au cinéma.” Télérama – 19.03.2014

ECOUTER
– Cosmopolitaine (France Inter), interview de Spike Jonze à partir de 30min. et 20sec. Podcast disponible ici.

REGARDER
Sur notre chaîne Youtube, nous vous avons concocté une playlist rassemblant bandes-annonces, interviews, conférences de presse, courts-métrages, publicité et clips musicaux pour vous permettre d’en savoir plus sur la carrière de Spike Jonze et sur son dernier film Her.

VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI
– Si vous n’êtes pas familier avec la filmographie de Spike Jonze, il n’est certainement pas trop tard pour y remédier:
DansLaPeauDeJohnMalkovich Adaptation MaxetlesMaximonstres

– Vous pourrez aussi avoir envie de voir d’autres films évoquant le concept d’intelligence artificielle:
2001 Moon Simone AI Sunshine

– Les romanciers ne sont évidemment pas en reste quand il s’agit d’évoquer la place de l’amour et plus généralement des relations humaines dans une société moderne hyper connectée:
JonathanCoe  ScottHutchins  GaryShteyngart

0 commentaires

Laisser un commentaire